Histoire de la Montgolfière


Les premiers inventeurs du ballon à air chaud - les frères Joseph et Étienne Montgolfier

VOLER, PLANER, FLOTTER DANS L'AIR POUR SE DEPLACER ET VOYAGER, POUR SE DÉPASSER. ALLER PLUS LOIN, PLUS HAUT, PLUS VITE OU PLUS LENTEMENT, COMME POUR PRENDRE LE TEMPS, AVOIR LA TETE DANS LES NUAGES. DE NOS JOURS, IL EXISTE DE NOMBREUX OBJETS VOLANTS…LA MONTGOLFIERE N'EN EST-ELLE PAS LE COMMENCEMENT ?

Né en 1740, le français Joseph Montgolfier était passionné de nouvelles machines, très à la mode à cette époque. Souvent, Joseph et son jeune frère Étienne Montgolfier imaginaient comment un homme pourrait s'envoler dans les airs. Les deux frères avaient même eu l'idée de remplir une enveloppe de nuages et d'y suspendre un panier, ce qu'ils n'ont jamais su mettre en œuvre.

Un jour, en faisant sécher sa chemise au-dessus du feu, Joseph remarqua qu'elle se gonflait. Il parla de sa découverte à son frère Étienne et il leur vint l'idée originale de faire un ballon pour leurs premières expériences.

Tout d'abord, ils fabriquèrent une enveloppe en soie d'un mètre cube. En la réchauffant au-dessus d'un feu, ils la firent monter de 30 mètres. Cette première expérience intervint en novembre 1782, date que l'on peut considérer comme la naissance de l'aérostation.

Le 14 décembre 1782, un ballon de 3m3 s'élève au-dessus de l'usine de Vidalone à Annonay (France). Les frères Montgolfier font brûler de la paille humide mélangée à de la laine et du papier pour faire de la chaleur.
Le 25 avril 1783, un ballon de 800 m3 atteint l'altitude de 400 mètres.


Un objet étrange dans le ciel

Les frères avaient travaillé secrètement dans leur jardin, mais comme leurs ballons montaient de plus en plus haut, ils craignaient que les voisins ne découvrent leurs expériences et… ne leur "vole" l'idée. Ainsi, ils décidèrent d'effectuer une démonstration du ballon au grand public sur la place principale d'Annonay. Les spectateurs devaient témoigner que les Frères Montgolfier étaient à l'origine de cette idée. Le 4 juillet 1783, les frères organisèrent un décollage sur la Place des Cordeliers, pour lequel ils préparèrent un ballon de 900 mètres cubes: les frères utilisèrent des bandes de toile de coton découpées en forme de fuseaux, cousues sur des feuilles de papier et attachées les unes aux autres par des boutonnières. Sous l'enveloppe de coton, ils accrochèrent un panier pour la paille et la laine. Quand l'air chaud souleva le ballon, les frères coupèrent les cordes.

En près de 10 minutes, le ballon d'air monte à 1000 mètres. Les spectateurs qui assistèrent au gonflage du ballon d'air témoignèrent de son authenticité: Il fût établi un protocole et les frères Montgolfier firent la demande auprès de l'Académie des Sciences à Paris pour être reconnus et officiellement déclarés les créateurs du premier objet volant. C'était le début de l'aérostation.
Au bout de dix minutes, l'air de l'enveloppe se refroidissant, le ballon se posa dans un champ et la flamme contenue dans la nacelle mis feu à l'enveloppe.

L'Académie des Sciences invita les frères à démontrer leur invention. Arrivé en Août 1783 à Paris, Étienne fît la connaissance de plusieurs physiciens intéressés par son invention, ainsi que de Pilâtre de Rozier, qui deviendra plus tard la première personne à voler à bord d'un dirigeable qui, à cette époque, n'était pas encore appelé "montgolfière" (du nom des frères Montgolfier).


Le 4 juin, les Frères de Montgolfier effectuent une démonstration sur la place centrale d'Annonay.>

Les premiers héros : un canard, un coq et un mouton

Pendant ce temps, un célèbre physicien français, Jacques Alexandre Charles, remplissait un ballon avec de l'hydrogène, pensant reprendre l'idée des Frères de Montgolfier et imaginant que ces derniers avaient rempli leur propre ballon de ce même gaz lors de leur inauguration du 4 juin 1783. Il voulait voler en ballon et améliorer les expériences physiques. Avec les frères Roberts, Charles construisit le "Globe", un ballon de 4 mètres de diamètre, qui décolla du Champs de Mars le 27 Août 1783 et atterrit à Gonesse au nord du Bourget. À cette époque, personne ne savait qu'un tel dirigeable serait plus tard appelé "charlière" – du nom du physicien Charles.

Étienne faisait beaucoup d'expériences dans les jardins du fabricant de papier Réveillon à Paris et il décida de passer à l'étape suivante: faire voler un humain.

Pilâtre de Rozier se porta volontaire pour être passager, mais l'on considéra le vol trop dangereux étant donné que l'on ne savait pas encore si la variation d'altitude avait une influence sur l'organisme d'un animal ou tout autre être vivant. Les inventeurs décidèrent de faire voler un canard, un coq et un mouton pour le premier vol.

L'envol eut lieu à Versailles en septembre 1783, sous les yeux du roi de France Louis XVI. Le ballon décolla avec les trois animaux à bord. Après un vol d'environ 3 à 8 minutes, ils atterrirent 3Km plus loin à Vancresson. Le mouton broutait calmement la paille et le coq avait son bec un peu cassé, parce que le mouton s'était assis dessus lors de l'atterrissage…
Les frères Montgolfier ont prouvé que des êtres vivants peuvent voler sans risque (excepté les oiseaux, évidemment!).

 

Le 19 septembre, les premiers "aéronautes" ont effectué leur envol ( un canard, un coq et un mouton)

Montgolfier brise la glace

Le mercredi 15 octobre 1783, Montgolfier gonfla le ballon d'air et Pilâtre de Rozier monta à bord d'une boîte ronde attachée en-dessous du ballon. Pilâtre s'éleva d'environ 25 mètres - autant que les cordes le permirent. Le vendredi 17 octobre, la même expérience fût répétée, avec à bord Giroud de Villette, adjoint de la Manufacture royale de papier. Le ballon s’élève à la hauteur de 108 mètres. Mais Louis XVI étant responsable de son peuple, il n'approuvait pas que des humains volent. Après une longue négociation, le roi finit par accorder son autorisation pour un envol, mais il refusa d'y participer. Ainsi qu'ils l'avaient promis à leur père (pour qui l'invention n'était pas certifiée sans danger), les frères Montgolfier ne pilotèrent jamais leur ballon eux-même. Pilâtre de Rozier fût choisi pour le vol. Pour faire le poids, un autre passager était nécessaire et ce fût le marquis d'Arlandes. La nacelle était divisée en trois parties : deux emplacements pour les passagers et au milieu, le brasier. En cas de besoin, les passagers pouvaient alimenter le feu de paille et ainsi contrôler la hauteur de vol. Le vol humain eût lieu le 21 novembre, date historique. Visiblement, Pilâtre savait parfaitement manœuvrer le ballon et à quel moment il fallait chauffer ou laisser refroidir l'air dans le ballon. Le marquis d'Arlandes était moins actif et a plus profité de la beauté du survol de Paris! A bord du ballon de 2200m3, Pilâtre de Rozier et le Marquis d'Arlandes réussirent à survoler Paris pendant environ 25 minutes et à environ 1000 mètres du sol, de la Muette jusqu'à la Butte aux Cailles, parcourant ainsi près de 10 km de distance. Pour entretenir suffisamment la chaleur de l'air dans le ballon, ils brûlèrent de la paille humide, de vieilles bandes et de la viande avariée. Le premier vol humain en ballon à air était réussi. Le jour suivant, l’Académie des sciences, Faujas de Saint-Fond et quelques amis lancent une souscription pour frapper des médailles en l’honneur des frères Montgolfier et des premiers aéronautes.

Grandeur et décadence

  • Le 1 décembre 1783, le professeur Charles et Robert volent dans un ballon rempli d'hydrogène. Observés par 400000 spectateurs à leur décollage de Paris, ils atterrissent sur la plaine de Nesles-la-Vallée après deux heures de vol. Charles fait descendre son compagnon de voyage et repart en vol seul jusqu'à 3000 mètres d'altitude. Le ballon à gaz de Charles était presque parfait : l'enveloppe du ballon était recouverte d'un vernis et d'un filet; le panier était tissé en osier; il y avait un appendice pour assurer le gonflage et l'évacuation du gaz, une valve, du lest et une ancre. Dans le panier il avait même un baromètre et des instruments météorologiques.
  • Mme Thible fût la première femme à voler (1784).
  • En 1784, des vols expérimentaux sont effectués à Lyon, Dijon, Marseille, Strasbourg et d'autres villes européennes. Le premier vol commercial a lieu à Lyon: Joseph Montgolfier s'envole avec 7 passagers.

Les pilotes d'aérostats avaient un nouveau rêve : voler au-dessus de la Manche. Durant plusieurs années, beaucoup de vols et d'expériences scientifiques sont réalisés pour tenter d'améliorer le fonctionnement du ballon à air. Pilâtre fait une montgolfière à laquelle est rattaché un plus petit ballon remplit d'hydrogène. Montgolfier pensait qu'il était trop dangereux de faire l'expérience, mais Pilâtre décolla tout de même de France en Janvier 1785. Quelques minutes après l'envol, le feu du brasier ayant gagné le petit ballon d'hydrogène, le tout s'enflamma immédiatement. Pilâtre périt lors de la chute du ballon. Il n'était pas seulement le premier homme à voler, mais aussi la première victime.


Le parachute de Garnerin

En ce jour de novembre 1783 où Pilâtre de Rozier et le Marquis d'Arlandes survolent Paris, parmi la foule de plusieurs milliers de Parisiens ébahis, le jeune André-Jacques Garnerin est présent. Passionné des vols aériens, avec son professeur le physicien Jacques Charles (inventeur du ballon à gaz), il effectuera plusieurs envols. Fin 1796 - début 1797, Garnerin réalise un ballon à gaz à Paris et le teste plusieurs fois : une première fois avec le ballon attaché au sol, puis deux fois en laissant le ballon voler librement. Lors du deuxième vol, il attache un parachute à son chien et jette l'animal par-dessus bord (le chien regagne le sol sain et sauf). C’est le 22 octobre 1797, en présence d’une foule innombrable, qu’il effectue son premier saut en parachute. Ce jour-là, il monte dans un ballon gonflé à l’hydrogène sous lequel il avait fixé un parachute plié en soie (d’à peine 7,80 m de diamètre mais pesant environ 130 kg, nacelle comprise !!). Il s’éleve ensuite à quelque 700 m à la verticale du Parc Monceau à Paris. Garnerin a imaginé un mécanisme qui déchire le ballon perdu, pendant qu’il coupe la corde qui maintient son parachute sous l’aérostat. Le ballon explose au-dessus de la foule muette d’angoisse. Soutenu par la voile qui freine sa descente, il atterrit sain et sauf, une entorse à la cheville due à l'impact. Toutefois, son saut est un véritable succès.


Le 21 novembre 1783, Pilâtre de Rozier et le Marquis d'Arlandes étaient les premiers à voler en ballon.

Le 12 octobre 1799 une femme, Jeanne Labrosse, réalise un saut en parachute pour la première fois. D'abord élève de Garnerin, elle devient plus tard sa femme. En 1815, la nièce de Garnerin, Elisa, débute la carrière de parachutiste. Elle réalise jusqu'à 39 sauts en parachute. Le 23 août 1823, lors de la préparation d'une plate-forme de décollage, Garnerin est mortellement blessé par une poutre, qui tombe sur sa tête. Garnerin meurt d'un traumatisme.

Toujours plus haut

Au XIXe siècle, les ascensions en ballons se développent pour les fêtes. Un ballon est lancé le jour du sacre de Napoléon 1er, avant de se poser le lendemain prés de Rome. Les vols à but scientifique sont également poursuivis. Les aéronautes volent de plus en plus haut : en Juin 1802, Humboldt et Bompland embarquent à bord d'un ballon et réalisent de nombreuses observations sur la pression barométrique et la température.

En 1836, l'aéronaute anglais Green effectue pour la première fois une distance de 800 km, de l'Angleterre à Nassau. En 1858, Nadar (journaliste, caricaturiste, photographe et artiste) monte aussi haut qu'il peut en ballon et fait les premières photos aériennes.

Nadar commande un ballon de 6000m3, « le Géant ». Les coûts de fabrication devaient être amortis grâce aux vols payants. Le 9 octobre 1863, le ballon fait son premier vol en partant du Champs de Mars et atterrit près de Meaux.

Le 18 octobre, quatre passagers volent à bord du « Géant » à Paris. En 16 heures, ils auront parcouru 600 km avant de se poser à Hanovre (Allemagne).

« Le Géant » du ciel a embarqué des passagers à Bruxelles, Amsterdam et Lyon, bien que la recette ne permit de régler qu'une petite partie des frais. Lors de l'exposition Universelle de 1867, Henry Giffard fait voler le premier ballon de 5000 m3 à vapeur. C'est un succès, même l'Impératrice veut l'essayer. Des ballons similaires sont présentés aux expositions pendant quatre décennies. Ils sont devenus un divertissement classique d'expositions, permettant à des milliers de personnes de vivre la sensation de décoller du sol pour la première fois.

Les seuls moyens de communication

Pendant le siège de Paris en 1870 Nadar propose ses services et tout l'équipement pour observer les manœuvres de l'ennemi. Les ballons deviennent le seul moyen de communication avec la province de Paris. Du 23 septembre 1870 au le 28 janvier 1871, 66 ballons volent de Paris, transportant 168 personnes, 400 pigeons et 11 tonnes de courrier (2500000 lettres). Le passager le plus éminent est le Ministre de l'Intérieur Léon Gambetta, qui voyage à bord de « L’Armand Barbes » le 7 octobre 1870.

L'exposition de 1878 est l'explosion du triomphe de Giffard. Il construit un ballon gigantesque pour la cour des Tuileries, qui est considéré comme la plus belle merveille de cette "grande foire du monde": 36 mètres de diamètre, 55 mètres de haut et une capacité de 25 000 m3 d'hydrogène pur. Le ballon peut monter jusqu'à 600 m de haut et le panier de 6 mètres de diamètre peut accueillir 50 passagers. Du 10 juillet au 4 novembre 1878, 35000 passagers voyagent à bord de ce géant, sans aucun incident. A cette époque, les journaux n'ont qu'un sujet d'intérêt : « Le grand ballon! qui ne le connaît pas. De tous les quartiers de Paris on l'aperçoit, dans l'enfilade d'une rue, au-dessus d'un toit, de la Bastille à l'Arc de Triomphe, partout apparaît le colosse. C'est le phénomène familier : le vieux savant le suit de l'oeil, les mères le montrent à leurs enfants, les maris à leurs femmes (...). Un colosse est toujours populaire. » (extrait du Panthéon de l'Industrie du 30 septembre 1878). En 1879 le géant est détruit par un ouragan.


1870 en France

Après l'exploit incroyable de Giffard, les ballons essaiment dans le monde entier. De 1884 à 1899, il fait des démonstrations de ballons dans la plupart des villes : Nice, Turin, Barcelone, Buenos Aires, Rome, Copenhague, Chicago, Mexico, Budapest, Leipzig, le Caire et Genève.

La fin du XIXe siècle est une période significative pour les ballons. En effet, des soudes installées sur les ballons permettent de relever des échantillons lorsque l'on vole suffisamment haut. Apparue au XVIIIe siècle, cette idée n'est développée qu'en 1899. Dès 1900, de nouvelles compétitions de ballons sont organisés (pour parcourir la plus longue distance en un temps le plus court possible, monter le plus haut possible et se poser à des endroits bien déterminés).

Cependant, la popularité du « plus léger que l'air » ( ballons d'hydrogène, d'air chaud et d'hélium) s'essouffle très vite.
Certains des événements de la quatrième décennie (l'explosion du dirigeable Zeppelin Hinderburg) ont eu un impact sur l'image des dirigeables. Il était évident que ce moyen de transport ne résisterait pas à la nouvelle vague des « plus lourds que l'air », c'est-à-dire les avions.

Quelques ballons aériens existent toujours jusqu'à 1930 en Suisse. Au sein du cirque Knie; le ballon est utilisé en plain air pour des spectacles acrobatiques.

La montgolfière contemporaine

La recherche scientifique a permis de faire évoluer le système et Louis Godard, avec l'aide de Cornier et Japy, a remplacé le foyer précédent par un brûleur à pétrole.

Le 27 mai 1931, Auguste Piccard devient le premier homme à voler jusqu'à la stratosphère grâce au ballon d'air. Pour ce faire, il utilise son invention: la cabine sphérique pressurisée.

En 1937, le professeur Hay Cosyns réalise des essais sur un brûleur à propane.

Avec l'apparition de nouveaux matériaux, l'idée des ballons est reprise et améliorée. Ed Yost et Don Piccard créent Raven-Industrie. Ainsi les ballons contemporains a vu le jour et gagné l'Europe. Depuis il n'y a pas eu de grande évolution dans la forme de l'enveloppe ou dans les technologies utilisées.